Acheter en ligne La revue de prestige des Amis du Cadre Noir 2018 (83 pages)

Le Prince Philip et le Cadre noir

Le Prince Philip, Duc d’Édimbourg, vient de décéder. Je voudrais évoquer pour vous quelques images que m’évoquent ce véritable « homme de cheval »

C’était un “maillet de polo” redoutable, mais savez-vous également que dans les trésors du Musée de la Cavalerie à Saumur, il existe une plaque de fer émaillé qui ornait autrefois l’entrée des Écurie du Cadre. Sur la dite plaque est écrit: ECURIE DU MANEGE ET DU POLO. Nos anciens à Saumur jouaient au polo, principalement sur le terrain du Breil. Le Prince Philip était également un meneur averti. Le Cadre Noir étant marié avec les Haras Nationaux, je me dois de rappeler la reconnaissance officielle et complète, remarquable et remarquée, du parcours de cross du Championnat d’Europe d’attelage, l’été 1979, au Haras du Pin par le Prince Philip aux guides d’un attelage en paire.

Enfin, vous savez qu’en 2004 pour fêter l’anniversaire de l’Entente Cordiale, le Cadre est allé se présenter à Paris dans le manège BATTESTI du Régiment de Cavalerie de la Garde Républicaine. La présentation comprenait les deux reprises et le tout nouveau (à l’époque) saut du piquet et à ce sujet me reviennent trois souvenirs personnels :

le premier vient du fait que le cheval Hémisphère du célèbre MaîtreÉcuyer Jean-Jacques Boisson ne sautait plus exactement au-dessus du dit piquet, suite à la frayeur occasionnée par un flash de notre photographe bien aimé Alain Laurioux qui voulait immortaliser l’évènement. Devant la persistance de ce décalage, l’ami Jean-Jacques Boisson était venu me rendre compte qu’il ne pouvait plus présenter son cheval, décalant systématiquement son saut. J’avoue avoir été trouver Monsieur Hubert Comis, (Directeur de l’École) et lui avoir dit que j’assumais personnellement l’éventuelle contre performance de ce tout nouveau tableau. Heureusement Jean-Jacques Boisson et Hémisphère ont sauvé ma carrière…

Deuxièmement le brillant officier d’État-Major de la Reine, m’ayant expliqué qu’on ne « touchait » pas le couple royal, j’avoue avoir fait le baise-main à la Reine Elisabeth II et serré la main du Prince Philip. Cet entorse au protocole m’a permis de constater que la main de la Reine montait avec souplesse et que le shake-hand du Prince était franc et cordial…

Enfin toujours à l’issue de cette présentation, j’ai eu l’honneur de présenter un à un les écuyers à leurs majestés. Il me souvient que le Prince Philip et la Reine Elisabeth II ont eu un mot aimable pour chacun d’eux et surtout une longue conversation avec mon ami Jean- Jacques Boisson, subjugués par le dressage d’Hémisphère et la réalisation de ce tableau inédit. La Croix d’Officier de l’Empire Britannique qui m’a été décernée à cette occasion vérifie une fois de plus la boutade bien connue : « On est toujours récompensé dans la personne de ses chefs. »

Colonel de La Porte du Theil